Préparer son rendez-vous

 

1°) Avant le rendez-vous chez votre avocat

  • Classer dans l’ordre chronologique vos documents concernant l’affaire
  • Ecrire une chronologie détaillée du déroulement de l’affaire
  • Ecrire  les noms et adresses de tous les intervenants
  • Préparer les questions à poser à votre avocat

2°) Pendant l’entretien avec l’avocat

  •  Informer votre avocat de tout élément positif et négatif concernant l’affaire sans gêne ou contrainte. Un mensonge peut nuire à votre défense.
  • Demander à l’avocat de vous expliquer le déroulement de la procédure
  • Poser des questions si vous ne comprenez pas les explications de votre avocat
  • Laisser l’avocat déterminer ce qu’il considère être pertinent ou non pour assurer la défense de vos intérêts
  • Vérifier que l’avocat vous tiendra régulièrement informé de l’avancement de la procédure et qu’il n’engagera pas de nouveaux frais sans votre accord (demande d’expertise judiciaire, frais d’huissier)
  • Fixer avec lui le montant de ses honoraires et la date de vos paiements.
  • Etre réaliste dans les moyens à avancer pour obtenir gain de cause (il est inutile de dépenser 2.000 euros pour récupérer 1.000 euros)
  • Il peut s’agir d’un taux horaire, d’un pourcentage de vos gains ou d’un honoraires forfaitaire. Le mandat et l’accord sur les honoraires doivent toujours faire l’objet d’un acte écrit : la convention d’honoraires.

Il existe trois modes de facturation pour les honoraires d’un avocat :

a) L’honoraire forfaitaire :

Il s’agit de convenir d’un montant global qui devra être payé par le client à l’avocat qui aura exécuté son mandat. En général, ce
montant forfaitaire n’inclut pas les débours.

b) Le tarif horaire :

Il s’agit de facturer le client en fonction du nombre d’heures que l’avocat consacre au dossier (incluant le temps des conversations
téléphoniques et la correspondance).  Ce tarif doit obligatoirement avoir été fixé à l’avance avec l’avocat.

 c) La rémunération au pourcentage :

L’avocat accepte d’être rémunéré en fonction d’un pourcentage de la somme obtenue ou perçue pour son client. Cet honoraire au
pourcentage est souvent associé aux actions en dommages et intérêts.

L’avocat pourra demander des avances d’honoraires à son client avant de commencer son travail, de même qu’au fur et à mesure de l’avancement du dossier.

3°) Pendant le déroulement de l’affaire devant les Tribunaux

  •  Ne pas téléphoner inutilement à l’avocat chaque jour pour prendre connaissance de l’avancement du dossier
  • Sauf urgence particulière, écrire ou adresser un email à l’avocat au lieu de lui téléphoner
  • De préférence téléphoner à la secrétaire plutôt qu’à l’avocat pour vous informer de l’évolution du dossier

Guillaume PIERRE – Avocat à Paris


5 Commentaires
19 Nov 2016 - 01:11:14
Monique de Vincennes a dit:

Maître, Nous sommes une petite copropriété de 8.

Nous avons un syndic qui depuis des années, laisse à certains copropriétaires le soin d’intervenir sur les parties communes … menus travaux qui ont pu être réalisés sur le portail automatique par ex, sur lelectricité etc. Nous ne souhaitons pas revenir là-dessus. Mais la dernière AG de 2016 a prévu de faire poser des bloqueurs sur nos portes d’entrée sécurisées. Le syndic était chargé de faire faire des devis et de les soumettre au conseil syndical. Or un des copropriétairesa sans plus attendre, posé de lui-même ces bloqueurs si efficaces que les portes ne se referment pas si elles ne sont pas retirées manuellement ensuite. Serait il possible d’avoir un RV avec vous pour examiner cette petite affaire certes et être en mesure de faire corriger ce dernier choix pour le refaire ou y adjoindre une mécanisme de temporisation et obliger le syndic à rappeler les règles élémentaires en cette matière !

Je vous remercie de votre réponse et me tiens à votre disposition.

Bien à vous,

Monique

12 Aug 2015 - 12:08:08
vincent de vincennes a dit:

Bonjour,

propriétaire d’un appartement dans un immeuble datant de 1900, mes nouveaux voisins du dessus ont entrepris (visiblement sans aucun accord) d’inverser cuisine et chambre, de réunir salle d’eau, toilettes et couloir et d’abattre intégralement une grande cloison (entre autres travaux). Nous les avons alerter sur les précautions à prendre mais les fuites se multiplient désormais chez nous et nous tremblons de découvrir d’autres sinistres. Quels sont nos recours ? Nous avons adressé une mise en demeure au syndic de faire cesser ce chantier mais pour lui tout est normal (il ne fournit pourtant aucun élément permettant de le garantir). Notre logement n’avait jusqu’ici subi aucune avarie et nous y sommes depuis plus de 10 ans.

28 Apr 2015 - 09:04:26
adil de Paris a dit:

Bonsoir

Je suis propriétaire d’un appartement que je loue. Cet appartement est occupé par une famille avec enfants. il est situé au deuxième et dernier étage.
Il y a des fissures dans le toit, une société a expertisé et constaté ces fissures. A travers ces fissures l’eau de pluie s’infiltre inonde les murs et gondole les sols ainsi que les voisins du dessous.

Le syndic de copropriété n’envisage pas d’intervenir pour faire les travaux et décide de lancer la dommage ouvrage (l’immeuble a trois de vie).
Après de multiples de tentative pour demander au syndic d’arrêter l’hemorragie c’est a dire l’inondation de mon appartement, elle préconise de faire un devis pour les dommages causés dans nos appartements mais elle ne fait pas de devis pour évaluer le montant des travaux sur toit.
En attente de la dommage ouvrage qui peut durer des mois et des années.

Est il possible d’obliger le syndic à réparer les fissures pour que mon appartement ne parte pas en miette, de plus mon locataire risque de partir car l’eau peut toucher les fils electriques danger pour les enfants…..

Je ne sais plus quoi faire à part amener ces gens là devant des tribunaux et laisser un juge arbitrer

merci pour vos conseils

19 Dec 2013 - 11:12:46
Guillaume Pierre a dit:

Chère Madame,
Je vous confirme que vous pouvez refuser toute conciliation dans la mesure où le TEG est erroné et que MEDIATIS a augmenté votre réserve sans signature préalable. N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’un avocat pour cette procédure. Cordialement

16 Dec 2013 - 06:12:41
ANNE VIGNEUX SUR SEINE a dit:

En 2009 médiatis m’a fait un rachat de crédit. En juin 2012, j’ai cessé de payer car j’ai découvert que médiatis m’ a augmenté la réserve sans que j’ai signé d’avenant. Bien sûr je suis fichée FICP depuis janvier 2013. Je me suis rendue comte que le tableau d’amortissement est faux. Si on additionne tous les remboursements du capital hors intérêts et assurance, cela ne correspond pas. Le TAEG est erronée Je suis convoquée pour une conciliation au tribunal le 3 février 2014. J’ai confié mon dossier à l’APLOMB depuis juillet 2013, mais cela n’avance pas. Puis je refuser la conciliation dans la mesure où les comptes sont faux ?

Blog - Articles récents